Le cycle de la chenille processionnaire

La chenille processionnaire évolue en trois phases.

De décembre à avril, suivant l’orientation solaire, la chenille quitte son nid au sommet des pins pour aller s’enterrer dans le sol. C’est la période où l’on peut observer sa procession si caractéristique.

Durant cette période sous terre, elle tisse une chrysalide et entame sa métamorphose, pour ensuite devenir un papillon.

La chenille processionnaire et ses prédateurs

Suivant le cycle de la chenille processionnaire, les prédateurs sont différents.

Au printemps, les coucous se régalent durant la procession. Ensuite la huppe creuse la terre à la recherche de chrysalides. Les papillons adultes survivants seront chassés par le engoulevent.

Mais la palme de la chasse à la chenille processionnaire revient à la mésange qui s’en nourrit tout le long du cycle. En période hivernale, une mésange peut ingurgiter plus de 500 chenilles par jour.

Dans le lutte contre la chenille processionnaire, la mésange est un excellent allié.
Protégez les nids, si vous en apercevez !

Les chenilles processionnaires sont-elles un danger ?

Les chenilles processionnaires peuvent être à l’origine de démangeaisons, plaques sur la peau, maux de gorge ou encore conjonctivite. Le poil qui recouvre leurs corps est très urticant et les personnes allergiques peuvent finir aux urgences en cas de contact.

Et pas seulement en cas de contact car si elle se sent menacée, la chenille processionnaire peut projeter ses poils dans l’air par milliers.

Si vous avez des nids de chenilles processionnaires sur votre site, ne prenez pas de risques, faites appel à des professionnels.

Besoin d'un expert ?

Un problème de nuisible, parasite, bio-agresseur… vous souhaitez protéger votre site ?

Nous réalisons une inspection et nous vous envoyons un devis détaillant nos solutions préventives et curatives.

Contactez-nous
LGH 2022 - Tous droits réservés